Loi « Avenir professionnel » : quel avenir pour le financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage ?

Publié le 12-09-2018 13:09

L’employeur doit désormais verser une contribution « unique » à la formation professionnelle et à l’alternance, ainsi que, dans certains cas, une contribution supplémentaire à l’apprentissage. Qu’allez-vous donc réellement payer ?

Financer la formation professionnelle et l’alternance : combien ça coûte ?

L’employeur contribue au développement de la formation professionnelle et de l’apprentissage par :

  • le financement direct des actions de formation de ses salariés ;
  • le versement de la contribution unique à la formation professionnelle et à l’alternance (composée de la taxe d’apprentissage et de contribution à la formation professionnelle) ;
  • le versement de la contribution supplémentaire à l’apprentissage ;
  • le versement de la contribution dédiée au financement du CPF pour les titulaires d’un CDD.

Les contributions seront recouvrées par l’Urssaf, les caisses générales de sécurité sociale d’outre-mer ou la MSA, selon le cas.

Taxe d’apprentissage

Jusqu’alors, l’entreprise devait verser :

  • l’équivalent de 51 % du montant de la taxe au Trésor Public par l’intermédiaire d’un OPCA (avant le 1er mars de chaque année), au titre de ce que l’on appelle la « fraction régionale » ;
  • l’équivalent de 26 % (49 % en Alsace-Moselle) du montant de la taxe due (le « quota d’apprentissage ») aux CFA et sections d’apprentissage, toujours par l’intermédiaire d’un OPCA (avant le 1er mars de chaque année) ;
  • le surplus, soit 23 % du montant de la taxe (sauf en Alsace-Moselle), aux OPCA en vue de financer des dépenses de formations en dehors du cadre de l’apprentissage (le « hors quota »), toujours avant le 1er mars de chaque année.

Désormais, 87 % du produit de la taxe d’apprentissage seront destinés au financement de l’apprentissage et seront reversés à France compétences et 13 % du produit de la taxe d’apprentissage (se substituant à la fraction « hors-quota » de l’ancienne taxe d’apprentissage) seront destinés à des dépenses libératoires effectuées par l’employeur.

Exceptionnellement, aucune taxe d’apprentissage ne sera due sur les rémunérations versées en 2019.

Contribution supplémentaire à l’apprentissage

Une contribution supplémentaire à l’apprentissage reste due par les entreprises d’au moins 250 salariés, redevables de la taxe d’apprentissage, et dont le nombre de salariés sous contrat de professionnalisation ou d’apprentissage et de jeunes accomplissant un volontariat international en entreprise ou bénéficiant d’une convention industrielle de formation par la recherche est inférieure à 5 % de l’effectif total de l’entreprise.

Contribution à la formation professionnelle

Les entreprises de moins de 11 salariés doivent verser une contribution à la formation professionnelle de 0,55 % du montant du revenu d’activité retenu pour le calcul des cotisations sociales. Les rémunérations versées aux apprentis sont exonérées de cette contribution, ainsi que les rémunérations elles-mêmes exonérées de taxe sur les salaires. Il s’agit des :

  • salaires versés à l’occasion de manifestations de bienfaisance et de soutien ;
  • rémunérations versées à l’occasion des contrats d’accompagnement, contrats d’insertion par l’activité, contrats emploi-jeune ;
  • rémunérations versées pour l’emploi de salarié(s) à domicile ou d’assistant maternel ;
  • rémunération des salariés « impatriés » ;
  • salaires du conjoint de l’exploitant ou de l’associé d’une société de personnes ;
  • rémunérations versées aux enseignants des centres de formation des apprentis ;
  • augmentation de capital réservée aux adhérents d’un plan d’épargne entreprise ;
  • contributions versées aux fonds d’assurance-formation ;
  • rémunérations versées par les centres techniques industriels ;
  • rémunérations versées au personnel des cantines ;
  • rémunérations des armateurs et sociétés d’armement à la pêche en mer ;
  • indemnité de garantie des ouvriers dockers ;
  • indemnités servies par les caisses de congés payés ;
  • sommes allouées aux personnels communaux par des associations constituées à cet effet par les communes ;
  • indemnités hospitalières allouées aux étudiants en médecine ;
  • indemnités temporaires et prestations servies aux victimes d’accidents du travail ;
  • indemnités journalières versées aux salariés en cas de maladie ;
  • rémunérations versées aux personnels mis à la disposition d’un établissement d’enseignement supérieur consulaire et organisant des formations conduisant à la délivrance, au nom de l’État, d’un diplôme sanctionnant 5 années d’études.

Les entreprises d’au moins 11 salariés sont redevables d’une contribution à la formation professionnelle égale à 1 % des rémunérations versées. Les rémunérations exonérées de taxe sur les salaires sont exonérées de cette contribution.

Les accords collectifs prévoyant que l’entreprise consacre 0,2 % des rémunérations versées pendant l’année au financement du compte personnel de formation de ses salariés et à son abondement cesseront de produire leurs effets à partir du 1er janvier 2019.

Par ailleurs, une entreprise qui vient, pour la 1ère fois, de franchir le seuil de 11 salariés (sauf si ce franchissement est lié à la reprise d’une entreprise ayant employé au moins 11 salariés au cours de l’une des 3 années précédentes) restera soumise, pendant les 2 années suivantes, au taux de 0,55 %. Un Décret doit néanmoins déterminer les modalités de calcul des réductions de versement qui résultent de cette situation. Peut-être selon les mêmes dispositions qu’aujourd’hui ? Affaire à suivre…

Quant aux employeurs de salariés en CDD, ils devaient verser une contribution correspondant à 1 % des rémunérations versées, destinée à financer les congés de formation de ces salariés. Cependant, avec la disparition du CIF, la contribution, maintenue au taux de 1 %, est destinée au financement du compte personnel de formation de ces salariés.

Cette contribution ne sera pas due ni pour certains contrats (qui seront déterminés par Décret) ni pour les CDD saisonniers.

Enfin, concernant le département de Mayotte, un Décret doit prévoir les modalités selon lesquelles le plafond de la sécurité sociale de Mayotte ne serait progressivement plus pris en compte pour le taux de la contribution à la formation continue versée par l’employeur d’au moins 11 salariés au titre des années 2018, 2019, 2020 et 2021.

Source : Loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, article 37

Loi « Avenir professionnel » : quel avenir pour le financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage ? © Copyright WebLex – 2018